Interview sur le blog Dawanda

Dans l'atelier de Sophie Le Fur

Sophie Le Fur, designer textile, imagine des créations en petites séries. Sophie décline avec créativité ses restes de marinières ou autres matériaux pour le plus grand bonheur de nos intérieurs ! Ici tapis, rideaux, lampes et poufs mettent à l’honneur l’up-cycling et le slow design.

  • Décrivez-nous votre atelier. Que vous inspire-t-il ?

Je travaille partout dans ma maison, qui par chance est grande, je laisse ma trace : un luminaire en cours, un stock de cordons de marinières dans un grand panier, un bouquin d’art qui m’inspire… J’ai mon petit bureau perso mais le plus souvent, comme je travaille d’assez grandes pièces je m’installe au salon, sur la grande table à manger, ou j’investie la cuisine avec mes patouilles. Et j’avoue qu’à certaines périodes, la maison devient mon atelier. Heureusement, j’aime bien que ma famille et mes amis voient ce que je fabrique. Je suis fan des bouquins d’art contemporain ou de design, parce que je suis fan des designers et artistes aussi surtout ! Je pense que ce sont eux qui m’inspirent même à mon insu…

  • Avez-vous imaginé des systèmes de rangements, détourné des objets de leur fonctionnalité ?

Je tiens particulièrement à ma boite à crayons « O CEDAR », c’est à l’origine une ancienne boite en fer pour ranger une brosse à balai. Je pense qu’elle est un peu désuète mais elle symbolise tellement de chose… des choses que j’aime et des choses que je n’aime pas ! Son format est idéal pour les crayons, stylos, ciseaux… J’ai eu un coup de foudre ! J’aime beaucoup les boites anciennes en acier : j’ai une cantine de bidasse, des casiers de rangement de secrétaire des années 70…

cédar.jpg
  • 5 choses qui ne doivent en aucun cas manquer dans votre atelier ?

Dans mon atelier et avec moi : toujours une paire de bons ciseaux (je déteste qu’on me chaparde MES ciseaux) et au moins du papier pour notes et croquis. Du fil sous toutes ses formes, c’est mon matériau favori : cordage de marine, laine, fils techniques ou tout matériau qui peut devenir un fil. Et puis évidemment des crochets, des aiguilles à tricoter ou à coudre. Mais ces derniers, je peux m’en passer, je pense pouvoir en créer si besoin, à partir d’autres objets ou de matériaux naturels comme des branches etc. Alors ça suppose d’avoir au moins un bon couteau !

  • Le DIY pour vous c’est…

C’est juste une évidence depuis que je suis enfant. Je n’ai jamais cessé d’inventer avec du fil ou des tissus : mes propres vêtements, des cadeaux pour des amis, des objets utiles ou pas. Il faut dire que ma grand-mère étaient tricoteuse, c’était un de ses métiers pendant longtemps. Elle m’a transmis le goût des lainages, de la qualité des laines et coton. Et son savoir : créer un modèle de toute pièce avec les diminutions, des points compliqués… Mais moi je préfère réaliser des objets pour la maison…

Le DIY ça n’est pas seulement du bricolage pour moi, c’est autant l’artisan que le peintre, ça peut supposer l’acquisition de savoir-faire et de techniques, qu’ils soient familiaux ou issus d’une formation, ou de nombreuses expérimentations tout seul. J’ai la chance de vivre dans un milieu d’artistes qui peuvent me transmettre les techniques qu’ils ont acquis au cours de leur travail.

D’ailleurs, je commence à travailler avec d’autres designers sur des projets de mobilier ou d’accessoires de mode. Pour moi, le DIY c’est aussi un travail collectif.